Malhia Kent et Eve Corrigan.100% made in France, made by Women

Malhia Kent, une ruche où les abeilles fabriquent du tissu.

 

 

 

 

Il est pile 14h30 lorsque je me retrouve devant un lieu mythique, le showroom de Malhia Kent, une des plus célèbres maisons de tissus au monde.
J’ai rendez-vous avec Eve Corrigan, la directrice artistique et la reine de la maison.
Je vous avoue que j’ai le trac, je reste immobile quelques instants devant la façade 1860, la célèbre villa Labrouste, qui cache encore pour quelques secondes ses secrets.
Je n’ai pas le temps de me faire submerger par le trac que déjà la porte s’ouvre…
Le secret de l’immeuble s’ouvre à moi : je ne suis pas dans un show room, mais dans une ruche… Une véritable ruche aux mille couleurs où une dizaine de jeunes filles, à la manière des abeilles, travaillent sans arrêt sur la nouvelle collection, pour l’hiver 2019. Celui qui travaille dans la mode le sait… on est un an et demi dans le futur, dans deux mois Malhia Kent attaquera la recherche pour l’été 2020.
J’ai la chance de pouvoir faire quelques photos sur les dernières recherches et études des tissages.
Je laisse mon corps absorber la couleur : des tissus rangés au fond de la véranda vitrée créent un véritable arc-en-ciel, éclairé par le soleil. Des centaines des tissus, des jacquards, des tweeds, véritables bijoux et fierté de la maison sont catalogués et stockés, prêts à être envoyés aux clients.
Et puis, des bobines de fil de toutes les couleurs sont rangées tout autour de l’atelier de création.
Je suis aux anges et pour cause…


On respire ici un air que je connais bien : c’est l’atmosphère créative des ateliers, le monde que j’ai côtoyé chez les maisons de costume telles que Farani ou Tirelli en Italie et à Paris chez Danièle Boutard et ses mythiques ateliers du costume. Un monde familier donc et tout d’un coup je me sens beaucoup plus à l’aise. Ici aussi c’est un grand spectacle.
Malhia Kent est une entreprise historique, créée en 1987 par Michèle Sorano.
Kent était le nom de son mari et Malhia est la transformation du mot italien “maglia” (maille). Il est devenu le pseudonyme de Michèle Sorano et le nom de sa marque.
Cette entrepreneuse, à la vie un peu mystérieuse, était étudiante en droit et passionnée par le tissu.
Eve Corrigan raconte: “Elle vivait dans une chambre de bonne et avait acheté un métier à main. Un jour, elle décida de franchir le pas et proposa à Coco Chanel en personne ses créations. Elle se présenta à l’atelier de la célèbre couturière de la rue Cambon et demanda avec insistance à lui parler. À ce moment-là, Chanel descendit du fameux escalier, trouva la jeune femme très charmante et décida de la rencontrer. Michèle Sorano lui présenta ses créations qui plurent beaucoup à Chanel. Elle lui commanda 50 mètres de chaque échantillon, une quantité que Michèle ne pouvait pas satisfaire. Mais elle ne se découragea point: elle fit en sorte de faire fabriquer les tissus chez des tisserands, et la collaboration commença. En 1987 Michèle Sorano créa sa propre marque Malhia Kent, mais dix ans plus tard elle tomba malade et l’entreprise ne marchait plus comme avant. C’est à ce moment-là que je suis arrivée. Michèle était très attachée à cette maison et ne voulait pas la voir mourir. La première chose que j’ai faite c’était miser sur la créativité et J’ai mis le tissu en beauté. ”


Le show-room est en pleine création artistique: 15 stylistes travaillent sans lever les yeux sur leurs dessins et leurs métiers à main pour proposer à des grandes maisons de luxe des tissus uniques, aux coloris inédits et audacieux. J’ai le plaisir d’être une des premières à pouvoir regarder la nouvelle collection… Ça restera dans mes yeux, car bien entendu les secrets de la création sont jalousement conservés.
Ces derniers sont utilisés exclusivement pour la création. Les tissus seront ensuite, après validation d’Eve, envoyés à la production industrielle.

Ici, il ne s’agit pas que de créer: tout, absolument tout, est organisé, structuré et numérisé. Madame Corrigan, au moment de reprendre l’activité en 1997, a compris que pour être compétitifs au niveau international, il fallait être « INNOVANTS ET EFFICACES », tout en faisant de la créativité et du savoir-faire les points forts.
Mais qui est la femme Eve Corrigan?
Je regarde autour de moi à la recherche d’indices. Son bureau est un tout petit espace ultra-moderne, bien organisé, où tout est à portée d’œil: trois mégas-écrans d’ordinateurs allumés où elle gère en temps réel le stock, les commandes, la partie créative. Les murs sont aussi de la partie créative: échantillons de tissus, moodboard avec les tendances modes, post-it… Bref, c’est comme regarder dans sa tête: l’hémisphère droit la rationalité, l’hémisphère gauche la créativité et les sentiments… Un équilibre parfait.
Je regarde un peu plus haut, vers le plafond où campe une flèche rose fluo avec cette phrase:
“She’s not crazy, she’s creative”
J’ai ma réponse avant qu’elle puisse parler.
“Je suis quelqu’un de curieux, je l’ai toujours été. J’ai commencé cette aventure il y a vingt ans, avant j’avais des boutiques et j’étais mannequin. Puis j’ai décidé d’arrêter et j’ai passé un bon bout de temps à m’amuser et profiter de la vie, mais après six mois l’ennui m’a pris; Je suis quelqu’un qui a constamment besoin de se nourrir, de construire, et le monde de l’informatique me fascinait. Je suis devenue ingénieur informatique. À cette époque je ne savais pas combien ce diplôme allait me rendre service. J’ai commencé à cataloguer mes courses, mes fournitures à la maison, ensuite à créer un véritable database. Ma mère croyait que j’étais devenue folle, mais moi j’avais une intuition, qui s’est révélée à moi le jour que j’ai acheté Malhia Kent”.
“J’ai vite compris que pour développer l’entreprise, toute concurrence avec le marché industriel chinois n’était pas envisageable si on ne se consacrait qu’à la production en grande quantité. De plus, au début on était une toute petite maison qui, oui, avait son prestige, mais qui ne pouvait pas concurrencer avec le marché international. J’ai décidé que notre point fort allait être la créativité. Mais il me fallait structurer derrière: j’ai donc créé un database avec notre stock et acheté un hangar où stocker notre production de fils (Malhia Kent produit et teint ses fils en plus de faire appel à des fabricants). Aujourd’hui notre stock est de 18000 types des fils différents avec une grande variété de couleurs. ”
“Après la première collection, qui a eu un grand succès, on a lancé la production industrielle pour satisfaire une nouvelle clientèle séduite par notre réactivité et créativité. Par la suite je suis aussi devenue ingénieur textile, une compétence absolument indispensable quand on veut tester des nouvelles fibres ou matières avec des tissages inédits. On est dans la recherche, toujours.”
Les résultats sont évidents: depuis 20 ans l’entreprise est en croissance, en 2015 Malhia Kent gagne plusieurs prix internationaux dédiés à l’entreprenariat, et à l’entreprenariat féminin aussi.
Quels sont les loisirs d’une reine des abeilles comme vous?
“En effet le week-end je sors, je fais les boutiques, les expositions, les musées, car j’ai besoin de nourrir mon esprit et remplir mes yeux pour m’ouvrir à la créativité.
“Mes loisirs c’est encore Malhia Kent, car j’aime ce que je fais. Le lundi, je retrouve mes collaborateurs, on discute sur ce qui nous a inspirés et, comme par magie, on a les mêmes intuitions. On a développé cette sensibilité d’être toujours en avance, dans le futur. Mes stylistes et moi on va dans la même direction et ça, c’est très gratifiant”.
Mais alors la grande question:
Qui décide les Nouvelles tendances? Vous ou les bureaux de style?
“Disons que c’est plutôt eux qui viennent vers nous, pour voir les couleurs, notre collection et pour créer ensuite leurs cahiers de tendances. Les tendances sont une vague, un courant où tout le monde artistique se retrouve”.

« Les abeilles Malhia Kent » sont dans la quasi-totalité des femmes.
Pourquoi? « Dans mon entreprise, il faut être multitâche. Je n’ai pas de problème à embaucher un homme plutôt qu’une femme, l’important pour moi c’est que la personne ait cette qualité. Or, il s’avère que la mode et le textile sont des univers plutôt féminins, il faut que l’homme puisse se sentir bien et épanoui dans un milieu de femmes. Mes collaborateurs sont des femmes non pas par mon choix, mais car elles se révèlent plus naturellement multitâches. Je recrute difficilement des gens qui ont travaillé dans des grandes entreprises car, dans ces dernières, on a la responsabilité d’une seule et unique tâche. Pour moi c’est une limite. J’aime que mes collaborateurs puissent évoluer, mettre en action leur cerveau, l’entraîner comme s’ils l’emmenaient en salle de sport! (rires). Je veux qu’ils puissent s’épanouir dans plusieurs tâches différentes. Ils doivent être mes yeux, mes oreilles, là où je ne peux pas être. »
« Creativity is intelligence having fun »
A. Einstein

En effet, cette femme dont je suis admirative est elle-même multitâche, et c’est nécessaire pour être chef d’entreprise d’une maison qui se porte fort bien. Avoir des connaissances en finance, en gestion du personnel, être créative, avoir une vision à court et long terme, gérer le côté commercial et informatique… Normal que pour une femme à 100% dans son activité il est indispensable de s’entourer de collaborateurs qui partagent cette même vision de l’entreprise.

Et puis, la curiosité, la confiance et la bonne humeur… Eve Corrigan est aussi une femme solaire, souriante. Une vraie reine entourée des ses 50 abeilles, travailleuses, créatives et toutes heureuses de travailler pour elle. Je n’en ai pas vu une seule faire la tête ou frustrée, mais bien au contraire, heureuse de travailler pour elle, malgré les rythmes imposés par la mode… Et qui demandent des nouveautés, et vite!
Voilà de quoi se nourrit une femme comme elle:
D’art, de créativité et… Elle adore le risotto aux truffes!

vos commentaires

laura lemmetti

Créatrice d'image

2 Comments

  1. bonjour,
    je suis actuellement stagiaire dans l’entreprise et j’ai poour but de faire un memoire a la fin de mon stage. Je tenais juste à te dire que ton site est vraiment bien expliqué, et que tu décris sincèrement bien tes émotion. Tu transportes le lecteur dans ton quotidien au sein de l’entreprise, on aurait presque l’impression d’y être ! BRAVO POUR CELA ! bonne continuation 🙂

    • Merci beaucoup pour vos mots
      Malhia Kent est une réalité extraordinaire,grâce au travail de Eve Corrigan. Elle sait transmettre l’âme de son entreprise à ses collaborateurs et à tous ce qui ont eu la chance de la rencontrer. Une grande femme .Vous avez de la chance!! Passez lui de ma part le bonjour!
      Bonne continuation à vous,
      Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.