Jessica Nguema, jeune styliste du Gabon, la mode comme expression de soi

« Qu’ est ce que c est la mode? Un endroit où tout est possible »

Eté lil

 

Ce soir, je vais vous parler de Jessica Nguema,une talentueuse styliste de Libreville au Gabon.

J ai eu le plaisir de parler avec elle au téléphone,  graçe à un journaliste de télé sud, une emittente panafricaine basé à Paris, dont je vais vous parler en détails très bientôt.

L aventure dans la mode commence en 2001 à Paris où elle obtiens  à 22 ans le diplôme de modeliste styliste chez Chardon Savard.

Elle commence ensuite à travailler pour des maisons prestigieuses tel que Martin Marjela, Chloé et Lagerfeld Gallery.

Elle rentre ensuite dans sa ville natale, Libreville où elle ouvre sa propre marque en 2008 Otinguema  qu’ en langue fang signifie « étoile de Nguema ». Sa collection s inspire au metissage, d’ abord le sien ( la mère est franco cubaine, le père gabonais).

J ai été fasciné par la recherche qu elle mets dans le choix des tissus et des materiaux pour ses sacs en cuir, par la coupe simple, structuré et d impact visuel. Ses collections sont pour les femmes qui melangent praticité et envie d être sexy en toute occasion.

Mais ce qui m a touché vraiment, c est la passion par son travail, l engagement et l attachement à sa terre et l envie de contribuer au développement de son pays.

Je vous propose ici l entretien qu on a eu:

Qu ‘ est ce que vous avez appris   chez Martin Margiela, Chloé et les autre expériences qui vous avez fait dans la mode?

J’y ai appris l’importance du travail de recherches, du choix des matières, de qualité de finitions.

Je dois dire que j’y ai quasiment tout appris. J’y ai aussi appris que tout est possible.

En travaillant chez Margiela, j’ai eu la chance de travailler sur plusieurs lignes et de découvrir concrètement les secrets de création de collections. J’ai ainsi pu m’exercer sur différentes gammes pour une même identité (en passant par la ligne 6 qui est une ligne casual/jeune jusqu’aux lignes 10 et 14 qui sont des lignes Couture).

Mon expérience chez Chloé a été la plus significative car j’y ai appris tout le fonctionnement de création, de production et de présentation des collections. Travaillant au studio, j’ai participé à la création des collections des dessins aux essayages. J’ai également pu travailler en Inde et ce la m’a permis de me libérer un peu du stylisme pour me consacrer à la découverte de tissus de qualité, de perles et sequins existants, des différentes techniques de broderie et d’applications possibles sur le vêtements et enfin j’y ai découvert des couleurs que je n’imaginais même pas en rêve.

Pourquoi vous avez choisi de retourner chez vous ?

J’ai fait le choix il y a deux ans de rentrer au Gabon, car j’ai la véritable ambition de vouloir participer au développement et au rayonnement de la culture africaine de façon qualitative. Le fait de rentrer en Afrique m’a aussi permis de découvrir l’essor de la mode africaine qui est en plein bouillonnement. Il y a tellement de choses à faire et tant de sources d’inspiration que c’est devenu une évidence. Ce retour ne pouvait qu’être inspirant et déterminant dans mon processus de création et de développement. Otinguema prône le métissage et je ne pourrais me passer de l’Afrique comme je ne pourrais me passer de l’Europe.

Parlez moi un peu de votre pays, qu est ce que vous aimez et quelles sont les problematiques? 

Le Gabon est un petit pays d’1,5 millions d’habitants avec 80% du territoire protégé, traversé par la ligne de l’équateur, en bordure de l’Océan Atlantique. C’est un magnifique pays avec tellement de richesses. Malheureusement étant un pays si dépeuplé, il m’est très difficile de me fournir en tissu, le choix étant très limité. La mode est très peu développé, voire inexistante, ce qui rend les possibilités de production très difficile et compliqué à organiser. Cependant les gabonais sont très coquets et friands de mode, ils sont pour la plupart très élégants et ont un certain goût pour l’esthétique. Je travaille principalement sur commande au Gabon.

Parlez moi de votre endroits préféré au Gabon. Est ce que si vous avez un lieu ou une chose que vous inspire de votre pays?

Mes endroits préférés au Gabon sont la plage avec une presqu’île, la Pointe Denis, parfait pour se relaxer le temps d’un weekend et se retirer de la vie urbaine.

Le village de mon père, Ellelem, dans le nord du pays est un havre de paix au milieu de monts enfouis dans la forêt équatoriale. La vie y est simple et basique, on y est coupé du monde car sans internet et sans téléphone, on y redécouvre les joies simples de faire partie de la nature et d’être émerveillé par tant de beauté.

Comment est organisé votre ateliers? Combien de personnes y travaillent?

Pour le moment, nous ne sommes que 3 dans l’atelier : un couturier, mon assistante et moi-même. J’y réalise et y conçoit mes collections, expose mes créations et reçoit ma clientèle.

 

Comment vous conçevez vos collections? Qu est ce que vous inspire? 

Mes voyages sont ma principale source d’inspiration. Chaque collection me permet de découvrir et d’apprendre toujours plus sur les différentes cultures et styles mais aussi de faire des voyages dans le temps en m’inspirant de personnalités féminines ayant inspiré des générations telles que Grace Kelly, Iman ou encore Bianca Jagger.

Vous etes présente en France avec vos produits?

J’ai la chance d’être présente sur la plateforme de vente en ligne MonDéfilé.com depuis 2013. J’y conçois environ 1 collection par an qui est vendue en ligne dans toute l’Europe.

http://www.mondefile.com/fr/77_otinguema

Parlons de vos accessoirs et la maroquinerie.. D où ils viennent le materiaux.. je serai curieuse de savoir de la rafia, Christian m a dit que c est un type particulier de rafia..

Pour la maroquinerie et les accessoires, le cuir utilisé est du cuir français, soit de l’agneau plongé, du veau ou encore de la vachette. Là encore, le mélange des matières comme symbole de métissage est très présent. J’associe au cuir des matières telles que le Raphia ou encore le Tara Tara, qui est un tissu traditionnel nigérien tissé à la main et le plus souvent utilisé lors de mariages traditionnels au Niger.

La particularité à noter dans le raphia que j’utilise, est qu’il n’est pas fabriqué au Gabon. Ce qui est d’ailleurs très dommage car le raphia gabonais est reconnu pour être d’une qualité bien au dessus de tout type de raphia pouvant être trouvé sur le marché. Malheureusement aujourd’hui, il ne reste qu’une famille de tisserands de raphia dans un village dans les plateaux batékés ce qui rend son accessibilité très compliqué. J’espère pouvoir un jour travailler avec eux afin de participer à la conservation de leur savoir faire qui risquerait de disparaître.

 

Comment vous voyez votre entreprise dans 5 ans et comment vous souhaitez la développer? 

J’imagine Otinguema dans 5 ans comme une marque symbolisant et prônant le métissage. J’espère d’ici là avoir verrouillé mes réseaux de production et être présente dans différents points de vente à travers le monde.

 

Vous serez à Paris prochainemment? 

Je reviens régulièrement sur Paris pour acheter mes tissus et cuirs.

Quoi dire de plus? Je vous laisse aux images de sa collection.Eté Bee (1) Mondefile Présentation Mondefile robe-manches-longues-empiecement-laine-1 Eté Corrida Eté Mosa Hiver Annara Hiver Kalika Eté Bee

627141porte-monnaie-cuir-raphia-noir

 

vos commentaires

laura lemmetti

Créatrice d'image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *